Le rétrécissement du cerveau lié au syndrome de la guerre du Golfe

Titre: Brain shrink linked to Gulf War syndrome

  • Date: 1er Mai 2007
  • Source: NewScientist.com

Synopsis:

Une nouvelle etude conclue qu’il existe des differences anatomiques entre les veterans de la premiere guerre du Golfe en 1991 qui presentent des problemes de sante multiples – tels que fatigue, demangeaisons de la peau et nausees, aussi connu sous le nom de “syndrome de la guerre du Golfe” – et d’autres soldats sains, differences qui se traduisent par une reduction de 5% de la taille du cerveau des sujets malades.

D’autres extraits:

  • L’equipe de Roberta White de l’Ecole universitaire de Sante publique de Boston, Massachusetts, aux Etats-Unis, a etudie 18 veterans de la guerre du Golfe qui se plaignaient de plus de cinq problemes de sante.
  • Les chercheurs affirment que cette conclusion fournit la preuve biologique confirmant les revendications des veterans de la guerre selon lesquelles certains soldats ont ete victimes de vrais dommages neurologiques, peut-etre en raison de l’utilisation de gaz neurotoxiques ou d’autres toxines.

En complement:

  • la guerre du Golfe 1990-91 (article Wikipedia)
  • le syndrome de la guerre du Golfe, “Gulf War syndrome” (GWS) (article Wikipedia)
  • Des atrophies cérébrales associées au syndrome de la guerre du Golfe” (Le Figaro, 3 Mai 2007)
  • article: ““Epidémie de suicides” chez les vétérans américains des guerres d’Afghanistan et d’Irak” (source: Le Monde, date: 15 novembre 2007) “Une véritable “épidémie de suicides” sévit chez les anciens militaires américains, avec 120 morts par semaine, révèle une enquête de la chaîne de télévision américaine CBS. Au moins 6 256 personnes ayant servi dans l’armée ont mis fin à leurs jours en 2005 – soit une moyenne de 17 par jour –, rapporte la chaîne dans son enquête diffusée mercredi soir. Alors que le taux de suicide dans la population est de 8,9 pour 100 000, la proportion chez les anciens militaires est de 18,7 à 20,8 pour 100 000. Le chiffre est encore plus élevé chez les jeunes âgés de 20 à 24 ans, où la proportion atteint 22,9 à 31,9 suicides pour une population de 100 000, soit quatre fois le taux de suicide enregistré chez les non militaires pour cette même tranche d’âge.”

~ by larchiviste on 3 May 2007.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: